La mairie Les combats politiques Combats internationaux
Les citoyens d'honneur de Stains Imprimer Envoyer
De par sa population issue des quatre coins de la planète, Stains est une ville ouverte sur le monde. La Municipalité est profondément attachée à des valeurs internationalistes. Elle défend ainsi notamment les droits de l’Homme partout dans le monde.

En faisant citoyens d’honneur de la Ville des personnalités illustres, des prisonniers politiques, la Municipalité entend valoriser et sensibiliser l’opinion sur l’injustice dont peuvent être victimes ces personnes, au combat politique qu’elles mènent.

La Municipalité exprime aussi régulièrement son soutien aux peuples opprimés, en lutte, victimes de guerre ou de catastrophes naturelles.

 

7 jours à StainsLu dans 7 jours à Stains - n° 673 du 15/12/11 > « Mumia ne sera pas exécuté»  

 

Les citoyens d’honneur de StainsPar délibération, le Conseil municipal a fait citoyens d’honneur de la ville
- Mumia Abu Jamal
- Marwan Barghouti
- Ingrid Betancourt
- Nelson Mandela

Mumia Abu Jamal

Mumia Abu-Jamal, est un journaliste et militant afro-américain né le 24 avril 1954 à Philadelphie (Pennsylvanie, États-Unis d'Amérique). Au cours d’un procès inique, il a été condamné en 1982 à la peine de mort pour le meurtre de Daniel Faulkner, un policier de Philadelphie. Il est devenu un symbole pour beaucoup d'opposants à la peine de mort.
En décembre 2001, sa condamnation à mort a été annulée par un tribunal fédéral sur la base de certaines irrégularités, tandis que le tribunal refusait de reconsidérer le fond de l'affaire ou d'autoriser un appel. Le procureur et les avocats de Abu-Jamal ont tous deux fait appel de la décision. Le 27 mars 2008, une cour d'appel fédérale américaine a annulé sa condamnation à mort pour un vice de procédure, mais confirmé toutefois sa culpabilité dans le meurtre du policier, écartant tout nouveau procès. Sauf appel de l'accusation, la peine aurait du être automatiquement commuée en peine d'emprisonnement à perpétuité réelle.
Le 20 octobre 2008, le gouvernement américain fit appel auprès de la Cour suprême des États-Unis de la décision d'annulation de sa condamnation à mort.
Plus que jamais la mobilisation doit s’amplifier pour sortir Mumia Abu Jamal du couloir de la mort.

Signez et téléchargez la pétition pour soutenir Mumia Abu Jamal

En juillet dernier, une délégation du Collectif Unitaire National « Ensemble, Sauvons Mumia » l’a rencontré.
Télécharger le compte rendu de la rencontre qu’adresse le Collectif aux villes françaises engagées aux côtés de Mumia.

En avril 2009, Le Conseil Municipal de Stains, appelait le Président Barak Obama à intervenir pour la libération de Mumia. Consulter la délibération 
Comité de soutien de Mumia Abu-Jamal

Marwan Barghouti

Marwan BarghoutiMarwan Barghouti est un des principaux chefs politiques de la première Intifada pour la bande de Gaza en 1987. Il est arrêté dès 1987 par l'armée israélienne et expulsé vers la Jordanie. Il ne peut revenir d'exil qu'après la signature des accords d'Oslo en 1994. Marwan Barghouti est élu au Conseil législatif de Palestine en 1996, il y défend la nécessité d'une paix avec Israël. Il devient secrétaire général du Fatah pour la Cisjordanie. Le 28 septembre 2000 la visite de Ariel Sharon sur l'esplanade des mosquées lance la seconde Intifada et la situation politique change. Marwan Barghouti devient très populaire chez les Palestiniens. Il est soupçonné par Israël  d’être un des instigateurs dans la campagne d'attentats suicides contre Israël. En 2001, il déjoue une tentative d'assassinat préparé par l'armée israélienne. Le 15 avril 2002, Israël le capture et il est inculpé par un tribunal civil pour meurtres et tentatives de meurtres dans une entreprise terroriste sous son commandement. Il est condamné le 20 mai 2004 pour cinq meurtres par l'intermédiaire d'un groupe armé dont celui d'un moine orthodoxe grec ayant eu lieu lors de trois attentats : un au nord de Jérusalem, un à Tel-Aviv et un autre en Cisjordanie. Marwan Barghouti est aussi déclaré coupable d'une tentative de meurtre pour un attentat-suicide déjoué par les forces de sécurité israéliennes. Il affirme de son côté être innocent des chefs d'accusation portés contre lui. Il est acquitté de 21 chefs d'accusation de meurtre au cours de 33 attentats. Le 6 juin, Marwan Barghouti est condamné à cinq peines de réclusion à perpétuité pour les cinq meurtres et 40 ans d'emprisonnement pour tentative de meurtre.
Dans son combat pour l’indépendance de la Palestine, Barghouti a toujours été un homme de paix, il était en contact étroit avec des Israéliens œuvrant ensemble pour une paix juste. Plus que jamais sa libération est nécessaire pour une juste paix entre Israëliens et Palestiniens.

Lettre de M. le Maire à l'Ambassadeur d'Israël pour la libération de M. Barghouti (28 octobre 2011 )
Lire le courrier du Maire

Liberté d'expression
Le Maire et la ville ont été convoqués au Tribunal Administratif, lundi 21 mars, parce que le Préfet demande à retirer la banderolle du fronton de l'Hôtel de Ville. […]
En savoir +



Ingrid Betancourt

Ingrid Betancourt Pulecio, née à Bogotá le 25 décembre 1961, est une femme politique franco-colombienne, ancienne sénatrice et militante anti-corruption.
Elle est enlevée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) le 23 février 2002 alors qu’elle fait campagne. Grâce à une importante campagne internationale, à laquelle Stains a activement participé dés le début de sa captivité, elle est délivrée, en compagnie de 14 autres otages, le 2 juillet 2008, six ans et demi après son enlèvement.






Nelson Mandela

Hommage à Nelson Mandela
» Voir l'album

 
Nelson Rolihlahla Mandela est né le 18 juillet 1918 à Mvezo à l'est de la province du Cap (actuel Cap-Oriental) et décédé le 5 décembre 2013 à Johannesburg, à l'âge de 95 ans. C'est en 1942 que Nelson Mandela rejoint le Congrès national africain (ANC), afin de lutter contre la domination politique de la minorité blanche. En 1944, avec Walter Sisulu et Oliver Tambo, il fonde la plus dynamique ligue de jeunesse de l'ANC. Aux élections générales de 1948, la victoire du Parti national Afrikaner entraîne la mise en place de sa nouvelle politique qui fut appelée apartheid. En 1952, Mandela, par ailleurs avocat, monte la campagne de défiance contre le gouvernement de Daniel Malan. En 1955, alors que le Parti National semble appelé à durer au gouvernement, Mandela participe à la rédaction de la charte de la liberté dont le programme fondamental est la lutte contre la ségrégation raciale et l'apartheid. À cette époque, Mandela et Tambo se sont associés au sein de leur propre cabinet et prodiguent des conseils juridiques gratuits aux noirs les plus pauvres. Le 5 décembre 1956, Mandela et 150 autres personnes sont arrêtés et accusés de trahison. Ils sont au bout du compte tous acquittés, grâce aux plaidoiries des avocats et au légalisme pointilleux des tribunaux sud-africains en 1961. Après le massacre de Sharpeville où il y a eu 79 morts et 178 blessés le 21 mars 1960, les appels à la lutte armée sont plus pressants d'autant plus que l'ANC et le Congrès panafricain sont interdits, ses leaders emprisonnés ou assignés à résidence. La stratégie non-violente de l'ANC est abandonnée par Nelson Mandela qui fonde Umkhonto we Sizwe, un réseau prônant l'action armée.
Il fut emprisonné en 1962 puis condamné à cinq ans de prison en 1963, et, après un procès où il contesta la justice d'apartheid, condamné à la détention à perpétuité en 1964 dans le pénitencier de Robben Island en raison de ses activités politiques clandestines, devenant au fil des années, le plus célèbre et l'un des plus anciens prisonniers politiques. Pendant des années, la Ville de Stains a été à la pointe du combat pour sa libération et le bannissement de l’apartheid
Nelson MandelaIl fut en partie libéré le 7 décembre 1988 et mis en résidence surveillée. Il fut définitivement libéré le 11 février 1990 sur ordre de Frederik de Klerk qui, pour des raisons politiques, mit fin à la clandestinité de l'ANC, et le sollicita pour maintenir la paix civile en Afrique du Sud. Les deux hommes ont travaillé ensemble pour instaurer la fin de l'apartheid et un régime de transition.
En 1993, il reçoit le Prix Nobel de la paix.
En 1994, il devint président de l'Afrique du Sud, et ce jusqu’en 1999.
Aujourd’hui, malgré son grand âge il mène un actif combat contre le SIDA et reste une personnalité écoutée, particulièrement en Afrique.

Pour en savoir + : Sur la coopération internationale et la culture de paix à Stains... Consulter la rubrique Découvrir > Jumelage et coopération

7 jours à StainsLu dans 7 jours à Stains - n° 590 du 26/02/10 > « Nelson Mandela, combattant de la liberté»  

 

Partager cet article

 

Contacter la mairie

Mairie6 av. Paul-Vaillant-Couturier
93240 Stains
Tél accueil : 01 49 71 82 27
Adresse postale :
Mairie de Stains,
B.P.73, 93241 Stains Cedex
Contactez la Ville de Stains

Horaires

La mairie est ouverte
du lundi au vendredi de 8h45 à 12h15
et de 13h30 à 17h15
Le samedi de 8h45 à 11h45
Attention : fermeture tous les mardis matin

voir le plan de la ville